moratoire-eolien.fr

Le nucléaire

Est-il déconseillé d'habiter près d'une centrale nucléaire ?

Une centrale dédiée à la production de l'énergie nucléaire ne peut ne pas être polluante. C'est pourquoi, elle restera toujours une mauvaise voisine. Même lorsque cette industrie arrête ses activités, les marques néfastes de son influence reste gravées sur les hommes et les sites d'implantation, qui l'environnent. La conclusion est donc sans équivoque: il est dangereux de résider à proximité d'une centrale nucléaire, quelles que soient les règles de sécurité qui y sont en vigueur.

 

Toute personne, qui intervient dans la chaîne d'émission de l'énergie nucléaire, doit mettre un terme à ses activités au bout de cinq années. Telle est la recommandation de la radioprotection. Les rayonnements ionisants sont nocifs pour l'être humain. C'est pourquoi, par année passée au sein d'une unité de production d'une telle énergie, il existe des limites d'exposition à ces matières. L'obligation de revêtir les équipements de protection, à elle seule, ne suffit pas. Il en va de même des restrictions à l'accès, imposées aux étrangers, dans le but de réduire les accidents probables. Malgré la fermeté de toute cette réglementation, la dangerosité des rejets reste toujours intacte.

 

La pollution au jour le jour

 

Le fonctionnement de l'industrie nucléaire, même en parfait état, génère des radiations chimiques, qui sont toxiques et donc désastreuses à la santé humaine. A titre illustratif, les gaz générés par ses tubes de refroidissement émettent une chaleur intense, susceptible d'affecter l'environnement de toute une ville. Ainsi, les gaz à effet de serre et la radioactivité se retrouvent au beau milieu de la nature. Pour cette raison, certains pays, la France, en occurrence, ont défini un seuil sécuritaire allant de 10 à 20 kilomètres dans le pourtour de l'industrie nucléaire.

 

Toutefois, plusieurs organisations non gouvernementales trouvent cette zone de sécurité trop étroite. Elle suggèrent, à la place, de l'élargir à 100 kilomètres. L'argument employé est l'impact environnemental considérable que pourrait avoir une catastrophe atomique éventuelle. Par ailleurs, les nuages toxiques émis par la centrale s'étalent sur une superficie qui dépasse largement 100 kilomètres.

 

Et si une catastrophe survenait?

 

La catastrophe de Tchernobyl, il y a un peu plus de 30 ans, est l'illustration parfaite de cette situation. Malgré le temps qui est passé, l'environnement ambiant met toujours en exergue la présence des éléments radioactifs, dangereux pour toute personne qui y résiderait. Le césium 137 figure en bonne place au rang de ces éléments, qui se mêlent à la nature. Les conséquences de l'inhalation de ces éléments sont proportionnelles aux doses reçues par l'organisme humain ou animal. Lésions cutanées, fièvres, maux de tête, hémorragies, système immunitaire dégradé... font recette. Au rang des victimes de ce tableau sombre que nous venons de dresser, les plantes ne sont pas en reste.

 

Contamination sur le long terme

 

Les zones de production nucléaire sont des endroits à éviter, pour tout projet d'habitation. Les nappes d'eaux souterraines et extra-souterraines, ainsi que leurs flores, payent le prix de l'éjection des déchets radioactifs dans le milieu naturel.

 

A la fermeture des industries spécialisées dans l'élaboration de l'énergie nucléaire, tout reste à ciel ouvert, y compris le matériel utilisé pour la construction, voire, l'activité de production énergétique. L'érosion de toutes ces matières ne se fait pas sans menaces pour l'environnement. Face à cette situation, certains pays préconisent l'encerclement de ces détritus autour d'une clôture de protection. Mais, ceci nécessite un savoir-faire technologique et des moyens financiers conséquents. Ce qui est loin d'être à la portée de tous les États.

 

L'être humain n'a rien à faire dans un milieu qui sert, ou qui a servi, à la production de l'énergie nucléaire. Une femme enceinte y verra son fœtus exposé à des malformations diverses mais aussi à des risques de leucémie (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/habiter-pres-d-une-centrale-nucleaire-favoriserait-la-leucemie-chez-l-enfant_1070801.html). Une dizaine d'années après Tchernobyl, les recherches ont révélé les leucémies chez les mineurs ayant été exposés, d'une manière ou d'une autre, aux radiations. Il n’est pas indiqué de vivre dans un tel milieu ou d’y construire une demeure.

 

 

Tous droits réservés - moratoire-eolien.fr - 2017