moratoire-eolien.fr

Le nucléaire

Je vis sans electricite ai-je une vie normale ?

 

J’ai toujours fait preuve d’une grande défiance envers le nucléaire et tout ce que l’on nous présente comme les « progrès » inéluctables de l’humanité. Par conviction et afin de respecter mes principes moraux et philosophiques, j’ai pris l’engagement de vivre sans électricité. Me suis-je pour autant mis en marge de l’évolution ? Pas si sûr comme vous pourrez le découvrir en découvrant à quoi ressemble mon quotidien.

 

Bien que l’on cherche à tout prix à nous convaincre du bien-fondé de la sécurité du nucléaire et de l’absence d’alternatives à la production d’énergie autre que celui-ci, mon quotidien est la preuve incontestable que l’on peut vivre sans électricité sans pour autant retourner à la préhistoire. Beaucoup d’ingéniosité, de la volonté et une démarche pro-active permettent aisément de se passer de cette source d’énergie.

 

Pour vivre sans électricité, je m’attache à trouver des alternatives à chaque aspect de mon quotidien qui nécessite, à priori, une énergie extérieure et artificielle. Tout d’abord, pour ce qui est de l’éclairage et du chauffage, les énergies renouvelables sont des sources illimitées que j’exploite abondamment. J’ai par exemple acquis un vélo générateur d’électricité pour produire le minimum dont j’ai besoin pour recharger le peu d’appareils électriques dont j’ai besoin tout en pratiquant une activité physique. Pour mon éclairage, j’utilise des lanternes au kérosène ou des bougies. En ce qui concerne la maîtrise de la température au sein de mon foyer, j’ai réalisé des travaux d’isolation thermique de grande ampleur notamment au niveau des portes, des fenêtres, des murs et de mes sols. J’ai ainsi limité au maximum la perdition de chaleur pendant la période hivernale, ce qui diminue d’autant mon besoin en chauffage. Outre cette isolation, je possède une cheminée ainsi qu’un poêle à bois pour affronter les éventuels pics de froid.

 

Se nourrir est également un défi quand on fait le choix comme moi de se passer de toutes sortes d’énergie électrique mais je confirme qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une centrale nucléaire près de chez soi pour y parvenir. Mais là aussi, des alternatives existent. Pour cuisinier, j’utilise mon poêle à bois autant que possible. Quand ce dernier est trop chaud pour me permettre de préparer mon plat correctement, je dispose également d’une cuisinière à butane que j’utilise de temps à autre.

 

Pour l’alimentation, je n’ai pas non plus besoin d’un réfrigérateur pour stocker mes aliments. Il faut dire que je cultive mes propres légumes et fruits dans mon jardin, ce qui me permet de savourer des produits frais et sans le moindre pesticide tout au long de l’année. L’un des plus grands consommateurs d’énergie est sans conteste le frigo et je parviens à m’en passer sans aucune difficulté. Comment est-ce que je fais ? Tout simplement en mettant le maximum de mes denrées alimentaires en conserve, qu’il s’agisse de légumes, de viandes ou encore d’œufs. Je dispose à ce titre d’une machine à conserver sous vide et j’ai également recours au vinaigre pour la bonne conservation de certains aliments.

 

En ce qui concerne l’hygiène, je confirme qu’il est tout à fait possible de vivre en se passant d’une machine à laver. Au premier abord, laver son linge à la main peut apparaître comme une tâche surhumaine mais on s’y habitue extrêmement vite.

 

Cela fait maintenant plusieurs années que je vis sans électricité et je n’ai pas pour autant le sentiment de vivre à l’extérieur du monde. Si ce choix de vie peut apparaître pour certains comme un anachronisme, je suis l’exemple vivant que l’avenir ne passe pas nécessairement par le nucléaire.

 

 

 

pour aller plus loin

Les locavores, c'est quoi ?

LIRE

Je vis sans électricité : ai-je une vie normale ?

LIRE

Les 10 astuces pour se passer d'énergie

LIRE

CE SITE EST EDITE PAR MORATOIRE-EOLIEN.FR