moratoire-eolien.fr

Le nucléaire

Le nucléaire, un bouc émissaire ?

A la suite de la discussion actuelle sur la façon dont le réchauffement climatique planétaire pourrait être évité ou du moins atténué, la renaissance de l'énergie nucléaire semble être dans l'esprit de tout le monde. Il est intéressant de voir que dans les nombreuses suggestions pour atténuer le réchauffement climatique, l'accent est davantage mis sur les avantages de la production d'énergie nucléaire que sur ses inconvénients.

 

La production d'énergie nucléaire émet des quantités relativement basses de dioxyde de carbone (CO2). Les émissions de gaz à effet de serre et donc la contribution des centrales nucléaires au réchauffement climatique sont donc relativement peu importantes. Mais les inconvénients sont nombreux. Le problème des déchets radioactifs demeure un problème non résolu. Les déchets issus de l'énergie nucléaire sont extrêmement dangereux et doivent être soigneusement entretenus pendant plusieurs milliers d'années.

 

Les risques restent également très probables : malgré des normes de sécurité généralement élevées, les accidents peuvent encore se produire. Il est techniquement impossible de construire une usine avec un indice de sécurité de 100%. Une probabilité d'échec existera toujours. Les conséquences d'un accident nucléaire seraient absolument dévastatrices tant pour l'être humain que pour la nature. Plus les centrales nucléaires (et les abris de stockage des déchets nucléaires) sont construites, plus la probabilité d'un échec existe.

 

Les centrales nucléaires ainsi que les déchets nucléaires pourraient être des cibles privilégiées pour les attaques terroristes. Aucune usine d'énergie atomique dans le monde ne pourrait résister à une attaque similaire au 11 septembre à New York. Un tel acte terroriste aurait des effets catastrophiques dans le monde entier. Pendant l'exploitation des centrales nucléaires, les déchets radioactifs produits peuvent être utilisés pour la production d'armes nucléaires. En outre, le même savoir-faire utilisé pour concevoir des centrales nucléaires peut être dans une certaine mesure employé pour construire des armes nucléaires.

 

La source d'énergie pour le nucléaire est l'uranium. Il s'agit d'une ressource rare, son approvisionnement est estimé à ne durer que pour les 30 à 60 prochaines années en fonction de la demande réelle. Le délai nécessaire pour les formalités, la planification et la construction d'une nouvelle centrale nucléaire se situe entre 20 et 30 ans en occident ce qui rend illusoire de construire de nouvelles centrales nucléaires en si peu de temps.

 

Il existe également une variété d’alternatives au nucléaire, encore méconnues du grand public. L'utilisation de l'eau ajoutée aux moteurs à essence offre une meilleure efficacité énergétique, des moteurs à combustion plus propres et une utilisation moindre des combustibles fossiles. Cette technologie est connue depuis longtemps, mais a été supprimée par le cartel pétrolier ainsi que par certains constructeurs automobiles.

 

Cette technologie consiste essentiellement à diviser les molécules d'eau en hydrogène et en oxygène. Cela produit un gaz unique qui est appelé HHO ou le gaz de Brown. Il s'agit en effet d'un mélange particulier d'hydrogène et d'oxygène, qui fonctionne mieux que l'un ou l'autre comme carburant automobile et pourrait faire fonctionner tout type de machines y compris la production d'électricité, de voitures, d'avions, de navires etc. Il peut également être utilisé pour le soudage et est plus sûr que l'acétylène et d'autres gaz de soudage. Il peut être brûlé dans n'importe quel moteur à combustion interne sans aucune pollution ou résidu. Cette alternative de carburant est aujourd'hui disponible à un faible coût. Pour plus d'informations: http://www.atlantico.fr/decryptage/nucleaire-epr-flamanville-fukushima-tchernobyl-medias-151375.html

 

Tous droits réservés - moratoire-eolien.fr - 2017