moratoire-eolien.fr

Le nucléaire

Le thorium : une alternative au nucléaire ?

Qu’est-ce que le thorium ?

 

Le thorium fait partie des métaux lourds présentant de la radioactivité. De ce fait, il s’inscrit dans la même catégorie que l’uranium utilisé actuellement. Cet élément se compose alors de 90 protons. Il possède une période radioactive de 14 milliards d’années. Cet intervalle renvoie aux années nécessaires à un élément pour éliminer la moitié de sa radioactivité. Ce métal lourd est présent sur la Terre en abondance. En effet, il est disséminé dans plusieurs pays, dont la France.

 

Quelle est son utilisation ?

 

Cet élément s’emploie dans de nombreux domaines. En effet, il se retrouve dans :

la construction d’électrodes ou cathodes ;

la fabrication de verres optiques ;

le fonctionnement des manchons à incandescence ;

l’élaboration de porcelaines résistantes à fortes températures, etc.

Par ailleurs, ce composant peut servir d’agent d’alliage ou de catalyseur. Mais ce dernier s’utilise également comme combustible dans le secteur nucléaire. Cependant, ce n’est pas un isotope fissible, comme peut l’être l’uranium 238.

 

En quoi est-ce une alternative au nucléaire ?

 

Le thorium se présente comme l’unique alternative permettant de remplacer notre énergie nucléaire actuelle. En effet, bien que les ressources d’uranium soient capables d’approvisionner la Terre pendant encore 200 ans, la production excessive devrait réduire considérablement cette durée de vie. Les études menées par l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire et l'Agence internationale pour l'énergie atomique, annoncent l’épuisement de l’uranium à la fin du siècle. Les prochaines générations étant concernées, il est impératif de trouver une solution pour substituer l’énergie nucléaire générée par cet élément. C’est pourquoi, « Génération IV » s’est créée, grâce à l’alliance de 14 pays. Dans les nombreuses propositions, les réacteurs à sels fondus au thorium sont les plus prometteurs. Mais quels sont les avantages et les inconvénients de ces derniers ?

 

Quels sont les avantages et les inconvénients du thorium ?

 

Les réacteurs à sels fondus mettent en évidence de nombreux avantages. En effet, on dénombre :

la longévité : les ressources sont incommensurables. Elles pourraient être utilisées durant 30 000 ans ;

sa capacité énergétique : celle-ci est bien supérieure à l’uranium : 200 fois plus que ce dernier ;

la sécurité : les risques de surchauffe sont nettement limités. Le fait d’employer des combustibles liquides diminue certaines menaces, comme l’endommagement du matériel et l’explosion des établissements. Par ailleurs, son utilisation se dispense de forte pression ;

l’élimination : sur le long terme, cet élément produit dix mille fois moins de détritus ;

un usage unique : élaborer une bombe atomique est véritablement plus complexe, même si cela n’est pas impossible.

Cependant, se servir de ce composant comme énergie nucléaire présente quelques inconvénients, comme :

le lancement : cet élément n’est pas un isotope fissible, pourtant indispensable pour démarrer la réaction ;

l’élimination : bien que ce système génère moins de détritus sur le long terme, il produit tout de même des déchets à contrôler sur de nombreuses années ;

l’expérimentation : de multiples recherches sont encore à mener, puisque cette alternative a été rejetée plusieurs années auparavant.

 

 

 

pour aller plus loin

CE SITE EST EDITE PAR MORATOIRE-EOLIEN.FR

CGU