moratoire-eolien.fr

Le nucléaire

Les actualités sur le nucléaire en France

 

La filière du nucléaire n’en finit plus de soulever des débats dans les actualités. Entre ceux qui craignent l’avènement d’un Fukushima français et d’autres qui prônent une France débarrassée du nucléaire d’ici 2050, qu’en est-il de l’avenir énergétique pour la France et de la transition énergétique concernant l’énergie nucléaire ?

 

Des dysfonctionnements qui bouleversent la production

 

Suite aux révélations dans les actualités concernant le dysfonctionnement de l’usine Areva (du Creusot), spécialisée dans la fabrication d’équipements dédiés aux réacteurs EPR (European Pressurized Reactor), certaines anomalies se sont avérées vraisemblablement des falsifications, d’après l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

 

Le président de l’ASN a reconnu, en novembre 2016, que la situation concernant ce type d’énergie dans l’Hexagone était des plus préoccupantes. Afin de procéder à des contrôles, une vingtaine de réacteurs ont été mis à l’arrêt.

 

L’affaire a poussé l’usine Areva à mettre en œuvre un plan d’amélioration de la qualité de ses installations de fabrication d’équipements. Interrompue en 2016, la production Areva a repris progressivement en juillet 2017 pour répondre à des commandes (venant notamment de l’Angleterre). Toutefois, il faudra une année complète avant que le site fonctionne de nouveau à plein régime.

 

En avril 2017, l’ASN a fait savoir que le plan d’action Areva devait être vérifié avant que la reprise de production soit autorisée pour des projets français.

 

D’autres projets EPR, tels que celui de Hinkley Point et Flammanville, ainsi qu’un projet à Bure dans la Meuse d’enfouissement de déchets radioactifs, n’ont pas manqué d’en inquiéter plus d’un.

 

Le scénario de la sortie

 

Certains points de vue penchant à gauche, qui comprennent des avis divergents sur les moyens à déployer et le calendrier, souhaiteraient que la France soit libérée de l’atome civil, en un scénario progressif ou total. Plusieurs estiment cette que cette forme d’énergie est « dangereuse ». Le scénario de sortie coûterait grosso modo 271 milliards d’euros, selon une analyse de l’Institut Montaigne, à condition qu'environ 10 milliards d’euros par année soient alloués à l’atteinte de cet objectif.

 

Le scénario de sauvetage de l’industrie

 

Pour d’autres, l’électronucléaire est considéré comme une véritable « richesse française », une « énergie propre » ayant un rôle à jouer dans la protection du climat et de l’environnement. Il importe de ne pas fermer les centrales, mais plutôt de les moderniser, afin que soit prolongée leur durée d’exploitation de 40 à 60 années. Le tout serait effectué sous le contrôle de l’ASN.

 

Maintenir le cap sur la transition énergétique

 

Quant à lui, Emmanuel Macron entend maintenir le cap défini dans la loi adoptée en août 2015 et portant sur la transition énergétique. Il s’agirait de réduire la proportion de ce type d’énergie de 75 à 50% d’ici 2025. Parallèlement, il est question de faire progresser d’ici 2030 à 32% la part des énergies renouvelables.

 

Lorsque l’ASN aura fait part de ses conclusions finales à propos de la prolongation des centrales, qui sont attendues en 2018, des décisions devraient s'ensuivre concernant le sort des centrales vieillissantes. Pour le moment, les autorités gouvernementales ne souhaitent pas se prononcer, tant que les éléments de connaissances n’auront pas été réunis et scrupuleusement analysés.

 

Rappelons que cette industrie emploie 220 000 personnes par le biais d’un tissu industriel et commercial impliquant 2 500 entreprises.

 

 

Ne manquez pas de suivre les actualités pour découvrir la suite...

 

 

 

pour aller plus loin

3 catastrophes et rien n'a changé

LIRE

Les actualités sur le nucléaire en France

LIRE

Classement des pays qui polluent le plus

LIRE

CE SITE EST EDITE PAR MORATOIRE-EOLIEN.FR