moratoire-eolien.fr

Le nucléaire

Une vie sans énergie, dans quelle mesure aujourd'hui ?

Vivre sans énergie peut paraître un luxe inaccessible avec tout le paradoxe que ces mots contiennent. Effectivement, la société est entrée dans une dépendance acceptée face à une croissance qui tente d'accélérer son mouvement dans un effet de compétition qui commence à apparaître dérisoire aux yeux de certains. Des mouvements alternatifs se sont créés et sont en passe de donner une leçon d'humilité et de courage en se plaçant à contre-courant. Leur exemple fait boule de neige.

 

Un art de vivre appelé décroissance

 

Sous l'impulsion de Pierre Rabhi, nouveau philosophe de la décroissance, un nouvel art de vivre est en passe de voir le jour avec pour principe le respect de la planète, en cela, incluant l'économie des ressources énergétiques. Cette prise de conscience permet un retour aux vraies valeurs et à l'essentiel. Les adeptes de la décroissance s'installe dans de nouveaux espaces communs, construisent eux-même leur habitat, vivent parfois sur des terrains non reliés à l'électricité. Ils apprennent à vivre de manière la plus autonome possible.

 

Il ne s'agit pas de vivre sans énergie, mais de privilégier les énergies renouvelables, telles que des éoliennes personnelles, des panneaux solaires individuels, une isolation bien conçue sur les habitats qui permet de maintenir une chaleur constante.

Voici l'exemple de Frédéric: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1355599-je-vis-sans-electricite-ni-eau-courante-ni-frigo-ni-tele-j-ai-choisi-la-decroissance.html

 

Les astuces pour vivre sans énergie

 

S'extraire totalement de la société reste cependant un cas extrêmement rare, le désir de vivre en ermite reste une exception. Mais l'engouement pour les énergies renouvelables et la décroissance s'affirme de jour en jour en France comme dans le reste de l'Europe. De nombreux foyers adoptent des attitudes responsables pour aller de plus en plus vers l'autonomie par rapport à l'énergie.

 

Cela passe par des astuces qui sont aussi des sacrifices consentis, comme de privilégier la cave par rapport à un réfrigérateur, adopter les aliments végétaux que l'on fait pousser soi-même dans le jardin pour éviter la viande, plus périssable. Se couvrir davantage en hiver, et adopter le poêle à bois pour se réchauffer, la bouillotte dans le lit ou la brique chaude. En un mot, revenir à un mode de vie ancestral.

 

Mais qu'en est-il des moyens de déplacement, devenus indispensables. Ces personnes roulent à vélo et prennent l'autobus, elles évitent également les voyages en avion. Parfois la voiture devient commune à plusieurs foyer

 

La communication, besoin virale de la société

 

Il reste cependant un pôle incontournable à moins de s'extraire totalement de la société, il s'agit des moyens de communications. Comment imaginer à l'heure actuelle se passer d'un ordinateur ou d'un téléphone portable ?

 

Communiquer est un besoin essentiel qui permet à l'être humain de se sentir vivant. Les adeptes les plus féroces de la décroissance n'ont pas pour autant renoncé à cette ressource. Dans certains cas les ordinateurs sont partagés et deviennent communautaires, mais la source énergétique qui permet de se connecter ou de recharger les outils de communication, reste une valeur essentielle dont les décroissants ne peuvent imaginer se passer aujourd'hui ou demain.

 

Les solutions autonomes n'étant pas encore trouvées pour pallier à ce problème, un minimum de ressource énergétique reste nécessaire à la survie de l'humanité, tant pour sa sécurité que pour son information sans oublier que les traitements, les examens, les radiographies, les soins de toute sorte sont aujourd'hui générés par l'électricité.

 

pour aller plus loin

Les locavores, c'est quoi ?

LIRE

Je vis sans électricité : ai-je une vie normale ?

LIRE

Les 10 astuces pour se passer d'énergie

LIRE

Tous droits réservés - moratoire-eolien.fr - 2017